24 septembre 2014

SAUMONS DES TRIBUTAIRES DU LAC ONTARIO


Les montaisons de saumons du Pacifique (chinook et coho) dans les tributaires du lac Ontario sont certes impressionnantes, mais la réalité de la pêche abusive et peu respectueuse des ressources rattrapent vite le pêcheur averti pour qui la nature mérite d'être entretenue. Voici le récit de notre voyage de pêche au coeur du territoire ontarien.
 

Départ samedi 5h30. Guillaume n'a pas bien dormi, pourtant il est plein d'énergie. Direction la demeure de Charles, puis l'Ontario. Dans la voiture, les histoires de pêche s'enchaînent. On s'attend à une pêche miraculeuse du côté de Charles tandis que Guillaume préfère ne pas trop se faire d'attente suite à sa déconfiture du printemps sur les mêmes rivières. On roule en direction de l'Ontario. Des contacts locaux nous ont annoncé une montaison toute fraîche. On nous dit que la pêche sera bonne.



Arrivés à destination, on fait un tour en ville, à l'embouchure de la rivière, pour témoigner de cette fraîche montaison. La quantité de pêcheurs nous fera vite changer nos plans et nous dirigeons vers l'amont pour moucher sur des saumons moins frais, mais quand même intéressants. Arrivés sur place, nous avons la chance de capturer chacun un beau saumon chinook. La quantité de poisson sur place est impressionnante. Tellement qu'il est difficile de présenter nos mouches convenablement et nous en accrochons quelques-uns par erreur, ce qui nous décide à trouver un endroit où les saumons seraient moins entassés et plus frais, donc plus agressifs.


Nous nous dirigeons donc vers une portion de la rivière qui traverse des terres agricoles. Nous savons qu'il s'y trouve de belles fosses susceptibles d'être fructueuses. Sur place, on choisit une fosse à l'écart des autres pêcheurs, moins profonde, mais on y voit quelques saumons. Charles s'y attaque le premier. Quelques lancers et ça y est! Le combat s'enclenche. Ces saumons sont beaucoup plus puissants que ceux en amont. Celui que Charles a déjoué le promène sur près d'une centaine de mètres sur la rivière descendant et remontant les rapides sans misère, malgré la tension mise sur la ligne. Après un beau combat de plusieurs minutes, on réussit à ramener le poisson en eau peu profonde où Guillaume l'attrape par la queue.


Il ne faudra que 10 minutes avant que Guillaume, sur son tour de lancers, capture un autre beau spécimen. Scénario identique, gros combat, quelques courses impressionnantes puis remise à l'eau comme il se doit.


Le lendemain, nous avions rendez-vous pour un avant-midi sur une rivière plus petite avec un pêcheur local et pro staff pour Streamside et Fishbum outfitters, Greg Attard. Avec lui, nous avons pêché plusieurs spots à potentiel élevé, mais le mauvais temps jouait en notre défaveur. Nous avons finalement réussi à capturer de beaux saumons un peu avant l'heure du diner.


En après-midi, nous avons eu la chance de pêcher avec Bruno de chez Lomechuse, guide de pêche aux salmonidés et son partenaire Louis. Avec eux, nous avons exploré de nouvelles fosses et avons capturé plusieurs beaux spécimens. Nous avons beaucoup appris sur le comportement des poissons anadrome du lac Ontario et sur les techniques pour les pêcher.


Le lendemain matin, nous avons pêché l'embouchure de la rivière. Une montaison toute fraîche était en cours. Nous avons réalisé la plus belle pêche du séjour à ce moment. Vers 11h, nous avons rencontré Bruno Tessier « le pêcheur urbain » et Simon Delage que nous avons placés sur les fosses productives. Après un week-end d'apprentissage, il était plaisant de faire profiter nos amis de nos nouvelles connaissances. Après avoir été témoin de la capture des premiers saumons de nos deux nouveaux partenaires, nous les avons quittés pour un retour à la maison bien attendu.


Malgré tout, nous avons constaté un manque flagrant de respect envers la nature. Plusieurs déchets jonchaient les berges des rivières visitées. Plusieurs carcasses de saumons éventrées pour les oeufs trainaient dans les rivières et sur les bords de celles-ci. Des pêcheurs accrochaient volontairement les poissons par le dos et les gardaient pour la consommation alors que cette pratique est illégale. Il est urgent que les autorités ontariennes s'attaquent à ces problèmes, car malgré l'abondance actuelle de la ressource, il est envisageable que la qualité de la pêche diminue considérablement avec les années à cause du non-respect des règlements, de la nature, des poissons...


Nous vous encourageons donc à tenter l'expérience en adoptant de bonnes techniques de pêche et de remise à l'eau. Diminuez la grosseur des hameçons (#8 ou #10 suffisent pour la pêche à la mouche) pour éviter de piquer les poissons ailleurs que dans la bouche. Évitez de coucher les poissons sur la berge pour les décrocher, manipulez-les dans l'eau. Utilisez des bas de ligne assez solide pour combattre de gros poissons (minimum 10 lb). Si vous voulez conserver vos prises, soyez informés des limites de prises et ne laissez pas les carcasses sur les berges et surtout, ramassez vos déchets lorsque vous occupez un poste de pêche!


Bonne pêche à tous!

Montréal Pêche Blog

Pour visiter la page de Lomechuse, guide de pêche aux salmonidés cliquez sur le lien suivant:
http://www.lomechuse.com 












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire